Clémence Beauxis dans La Maladie de la mort de Marguerite Duras. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
CRÉATION 2012

La Chambre, la nuit, le jour

d'après les textes de

Annie Ernaux, Marguerite Duras, Pascal Quignard

 

Adaptation et mise en scène : Jeanne Champagne

–––––––––

Trois écrivains à la voix singulière mettent en scène et en écriture leurs passions.

 

« Chambre noire » ou « chambre claire », la chambre est l’espace où se révèle à nous quelque chose de secret, jamais entrevu, une part de nous inconnue : les émotions nous envahissent, le cœur et le corps vacillent.

La Chambre, la Nuit, le Jour  est une rêverie autour de la chambre, autour de la passion, autour de la « chambre des passions ».

Pénétrer dans la « chambre interdite » avec les mots d’Annie Ernaux, de Marguerite Duras et de Pascal Quignard est un enchantement : délice et douleur, douceur et souffrance de l’attente, fulgurance du désir, extase du silence.

Trois écrivains à la voix singulière mettent en scène et en écriture leurs passions.

Ce qui nous retient dans ces « écritures de chair et d’encre », c’est la tentative violente, désespérée et fragile pour comprendre et toucher la réalité de la passion. Cette exploration redoutable vers l’absolu de la passion nous bouleverse.

Dans ce théâtre de l’intime, tout se déploie dans un espace clos et se dilate à l’infini jusqu’au vertige. La passion trace son chemin au creux des êtres impitoyablement dans une tension érotique, une fascination mortifère, une perte totale et les entraîne au bord du précipice comme le plongeur du promontoire de Paestum « qui, mains jointes tendues en avant, il y a 2800 ans avait plongé dans la mort ».

Ces voix de la passion sont comme une confession, un don, et c’est ce qui est beau. C’est le mystère de ce trouble éprouvé que je désire partager avec vous, trouble qui nous laisse sans voix « dans la lumière toujours un peu tremblée d’une première fois » …

Jeanne Champagne

2013

 

 

 

« Pour que nous nous aimions, il fallait que nous fussions bien décidés à nous taire. C’était cela, pour elle, les amants : tout le reste devait être exclu, cette exclusion nous associerait davantage ; elle nous fidélisait à jamais. Nous étions logés dans la même auberge silencieuse : à l’enseigne de la chambre interdite. Je m’y cachais comme un voleur. »

Pascal Quignard

Dans Vie secrète (Ed. Gallimard)

 

Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon

D'après

Vie Secrète de Pascal Quignard (Editions Gallimard)

Avec Philippe Duclos

 

La Maladie de la mort de Marguerite Duras (Les Editions de Minuit)

Avec Clémence Beauxis et la voix de Tania Torrens

 

Passion simple de Annie Ernaux (Editions Gallimard)

Avec Marie Matheron

 

....................

 

Scénographie : Gérard Didier

Création lumières : Pascal Sautelet

Création sonore : Bernard Valléry

Vidéo : Benoît Simon

Conseil chorégraphique : Cédric Andrieux

Régie générale : Yvan Bernardet

 

 

Coproduction

Théâtre Ecoute / Equinoxe - Scène Nationale de Châteauroux /

Abbaye de Noirlac - Centre Culturel de Rencontres

 

 

Création

le 14 octobre 2012 à L’Abbaye de Noirlac

et le 5 mars 2013 à Equinoxe - Scène Nationale de Châteauroux

La compagnie Théâtre Écoute est conventionnée par la DRAC Ile-de-France.

Compagnie Théâtre Ecoute – Jeanne Champagne

Conception & réalisation : deidamiapele.com

Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Philippe Duclos dans Vie secrète de Pascal Quignard. Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon