Tania Torrens dans La Maison daprès la Vie matérielle de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Bernard Michel Palazon / Enguerand
CRÉATION 2010

La maison

D’après la Vie matérielle

de Marguerite Duras

- Editions Gallimard -

 

Mise en scène : Jeanne Champagne

Avec Tania Torrens

–––––––––

Déambuler, vivre, écrire.

 

J’aborde chaque aventure artistique comme une histoire d’amour ou un voyage. On le sait, les déclencheurs sont toujours énigmatiques et c’est ce que l’on aime, un mot, une sensation, une vision…

Depuis quelques années j’ai entrepris un « lent retour » vers les auteurs qui m’ont accompagnée longtemps, ceci sans nostalgie mais comme on redécouvre des amis que l’on a aimés et fréquentés, côtoyés longtemps et que l’on ne voit plus pour diverses raisons. Il y a ceux que vous retrouvez et pour lesquels vous n’éprouvez plus rien, « c’est passé » comme on dit ; et il y a ceux avec qui la conversation reprend, comme s’il n’y avait eu aucune interruption, comme si on s’était quitté hier.

Eh bien, Marguerite Duras fait partie de ces amies littéraires-là, c’est avec bonheur que je l’ai retrouvée et que je me suis embarquée pour une longue traversée de son œuvre, parsemée de nombreuses escales. Quand on aborde à nouveau cette géographie de l’intime, ce pays où « les voix d’encre et de chair s’entremêlent » on a du mal à résister…

Nous avons créé et joué « La maison » « au fil du temps » sur les routes du Berry, le long de la Creuse, dans le Grenier de George Sand et à Trouville près des « Roches Noires »…

« La maison » est un chapitre extrait de « La Vie matérielle », petit livre remarquable et inclassable que l’on peut ouvrir à n’importe quelle page et y trouver une pensée qui nous fait réfléchir, sourire ou dire : « là, elle exagère… » et très vite, elle nous répond « on me dit tout le temps : Vous exagérez.»

Marguerite Duras parle à Jérôme Beaujour et à travers lui c’est à nous qu’elle parle : « Ce livre nous a fait passer le temps. Du début de l’automne à la fin de l’hiver … »

À nous, au théâtre avec Tania Torrens, Marguerite Duras nous fait passer une heure de bonheur…

Jeanne Champagne

Décembre 2010

 

 

« À Neauphle, souvent, je faisais de la cuisine au début de l’après-midi. Ça se produisait quand les gens n’étaient pas là, qu’ils étaient au travail, ou en promenade aux Etangs de Hollande, ou qu’ils dormaient dans les chambres. Alors j’avais à moi tout le rez-de-chaussée de la maison et le parc. C’était à ces moments-là de ma vie que je voyais clairement que je les aimais et que je voulais leur bien. La sorte de silence qui suivait leur départ je l’ai en mémoire. Rentrer dans ce silence c’était comme rentrer dans la mer. C’était à la fois un bonheur et un état très précis d’abandon à une pensée en devenir, c’était une façon de penser ou de non penser peut-être – ce n’est pas loin – et déjà, d’écrire.

Lentement, avec soin, pour que ça dure encore, je faisais la cuisine pour ces gens absents pendant ces après-midi-là. Je faisais une soupe pour qu’ils la trouvent prête au cas où ils auraient très faim. S’il n’y avait pas de soupe prête, il n’y avait rien du tout. S’il n’y avait pas une chose prête, c’est qu’il n’y avait rien, c’est qu’il n’y avait personne. Souvent les provisions étaient là, achetées du matin, alors il n’y avait plus qu’à éplucher les légumes, mettre la soupe à cuire et écrire. Rien d’autre. »

Marguerite Duras, La Vie matérielle (Ed. P.O.L)

 

–––––––––

LA MAISON

Scénographie : Gérard Didier

Création lumières : Franck Thévenon

Création sonore : Bernard Valléry

Régie : Thomas Mirgaine

 

Coproduction

Théâtre Ecoute / Equinoxe - Scène Nationale de Châteauroux.

 

Création

10 mai 2010 (Equinoxe - Scène Nationale de Châteauroux),

suivie d’une tournée dans le département de l’Indre.

 

Diffusion

10 octobre 2010 à Trouville (14)

9 décembre 2010 à Jouy-Le-Moutier (95)

Du 30 mars au 21 mai 2011 au Lucernaire à Paris (75)

   Du 6 au 8 décembre 2011 au Théâtre 71 à Malakoff (92)

Le 5 février 2012 à Pordic (22)

Du 14 au 16 mai 2012 à Châteauroux (36)

Le 8 décembre 2012 à Lanvellec (22)

Le 10 décembre 2013 à Lisieux (14)

Le 1er mars 2014 à L’Ile d’Arz (58)

Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
CRÉATION 2009

Ecrire

De Marguerite Duras

- Editions Gallimard -

 

Mise en scène : Jeanne Champagne

Avec Tania Torrens

–––––––––

 

« Ecrire c’est tenter de savoir ce qu’on écrirait si on écrivait. »

Marguerite Duras

 

Ecrire, donc, dit-elle ! Un texte intime superbe de Marguerite Duras, […], un texte qu’elle livre au soir de sa vie (chez Gallimard, en 1993) et dans lequel, avec une simplicité éminemment travaillée, elle revient sur cet exercice qui lui a tenu au corps toute sa vie durant, cet exercice de la solitude, l’écriture. Tout compte fait, ne reste effectivement que cela, l’écriture. Son petit texte commence justement ainsi : « C’est dans un maison qu’on est seul. »  S’ensuit alors la description de l’exercice de la solitude toujours lié, je le répète, à l’exercice de l’écriture qui n’est que la manifestation corporelle, maladive peut-être, d’un « inconnu en soi ». Mais il ne faut guère s’étonner si le dernier mot sur quoi se clôt la parenthèse intimiste de Marguerite Diras est celui de « vie », même (et justement) s’il aura beaucoup été question de mort dans ces pages (Marguerite Duras va jusqu’à évoquer dans des pages superbes la lente agonie d’une mouche)… C’est tout cela qu’avec maitrise et une profonde intelligence Jeanne Champagne tente de nous faire toucher du doigt dans sa mise en scène d’Ecrire. Vaste espace aménagé par Gérard Didier, délimitant plusieurs zones de jeu et de vie, que les subtils éclairages de Franck Thévenon révèlent ou suggèrent discrètement, habité par Tania Torrens, immense comédienne, qui donne à son personnage un poids d’humanité et au texte de Marguerite Duras une âme dans une simplicité elle aussi éminemment travaillée […]

Toute grande œuvre est un peu ou prou réflexive. Ecrire, de Marguerite Duras, nous renvoie à l’essence même de l’activité théâtrale : de la vie se déploie sur la scène et meurt dans le même temps. Notre vie, notre chair.

 

Jean-Pierre Han

Ecrire ou le livre de la vie (extrait), dans Les Lettres Françaises

9 janvier 2010

 

–––––––––

ECRIRE

Scénographie : Gérard Didier

Création lumières : Franck Thévenon

Création sonore : Bernard Valléry

 

Coproduction

Théâtre Ecoute / Equinoxe - Scène Nationale de Châteauroux

 

Création

22 novembre 2009 (Equinoxe - Scène Nationale de Châteauroux)

 

Diffusion

29 novembre 2009 à Nohant (36)

15 mai 2010 à Duras (47)

12 septembre 2010 à L’Abbaye de Noirlac (18)

Du 17 septembre au 7 octobre 2011 à L’Atalante à Paris (75)

15 novembre 2012 L’apostrophe-Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise

La compagnie Théâtre Écoute est conventionnée par la DRAC Ile-de-France.

Compagnie Théâtre Ecoute – Jeanne Champagne

Conception & réalisation : deidamiapele.com

Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon
Tania Torrens dans Ecrire de Marguerite Duras - Jeanne Champagne © Stéphane Gaillochon