Denis Léger-Milhau dans Le Bachelier d'après Jules Vallès © Armelle Paranthoen/Marc Enguerand
Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand
CRÉATION 1998

L'Enfant, Le Bachelier, L'Insurgé

d'après Jules Vallès

 

Mise en scène : Jeanne Champagne

Adaptation Jeanne Champagne et Denis Léger-Milhau

–––––––––

L'Enfant, alias Jacques Vingtras devint un ami…

 

Nous avons tous pris un jour le chemin de l’école, certains l’ont quitté d’autres bientôt le prendront à leur tour. Quel sens ce chemin a-t-il pour chacun de nous ?

Cette école que nous avons aimée ou détestée, qui nous a formés, nous a appris à penser, à nous penser et à penser le monde nous tient-elle encore éveillés ?

Le premier maître d’école qui me dit découvrir Jules Vallès, ce fut mon père.

La dictée, qui était pour moi le pensum détestable, devenait, avec les mots de Vallès, un vrai moment de bonheur et l’Enfant, alias Jacques Vingtras devint un ami.

Avec l’Enfant, Jules Vallès nous convie à une véritable leçon de choses sur l’éducation, la famille et l’école, à l’usage des enfants, des adolescents et des adultes.

C’est avec émotion et jubilation, à travers le rire et les larmes que nous retrouvons « L’Enfant » en qui chacun se reconnaîtra. Avec lui nous poursuivons notre questionnement autour de l’apprentissage de la pensée et la formation de l’être.

Il nous semble urgent de faire réentendre la voix de Jules Vallès, elle ne ressemble à aucune autre.

Jeanne Champagne

1995

 

 

 

« A ceux qui,

nourris de grec et de latin,

sont morts de faim,

je dédie ce livre. »

Jules Vallès

 

 

 

Le travail de Jeanne Champagne est un exemplaire réussi du théâtre-récit. Son adaptation de la trilogie de Jules Vallès, L’enfant, Le Bachelier, L’Insurgé, témoigne de cet art complexe qui insuffle au texte littéraire une dimension théâtrale et justifie la formule de Vitez selon laquelle « On peut faire théâtre de tout », à condition d’avoir assez de savoir-faire pour inventer un nouveau langage fait d’évocations et d’images, pour convier l’imaginaire du spectateur à participer à la théâtralisation.

Jeanne Champagne a adapté le texte en collaboration avec le comédien Denis Léger-Milhau, associé d’emblée à la création. L’interprétation s’est nourrie de leur réflexion commune et des actions menés ensemble avec collégiens et lycéens.

Dans un dispositif scénique identique pour les trois volets, le comédien incarne avec la même grâce naturelle l’enfant révolté contre les humiliations, le bachelier désenchanté aux prises avec les vicissitudes des débuts dans la vie, l’insurgé lyrique qui, s’il voit dans son insoumission politique sa vraie revanche sur l’enfance meurtrie, garde une capacité d’indignation intacte. Outre la performance d’acteur, Denis Léger-Milhau, presque seul en scène, révèle un authentique talent de conteur dans son art de planter une scène par les mots. Deux ou trois accessoires, un tambour, un rideau d’arrière-plan lui suffisent pour nous entraîner dans le vacarme des barricades ou dans la classe dont le pupitre présent dans chaque spectacle est parfois détourné au profit du théâtre dans le théâtre. Dans l’Enfant, Tania Torrens incarne avec force cette mère malheureuse, murée dans sa fonction autoritaire, un personnage bien plus puissant et complexe que la trop célèbre Folcoche d’Hervé Bazin.

Cette trilogie a vu le jour à Bourges où Jeanne Champagne était en résidence : la richesse de l’œuvre de Vallès a été exploitée en profondeur, par une véritable réactualisation des questions de l’époque évoquées. La famille, la révolte adolescente, le baccalauréat et sa signification, mais aussi la difficulté à trouver un emploi, le journalisme, la Commune, et encore l’autobiographie, l’adaptation et le jeu théâtral, autant de thèmes soumis à l’attention de chacun en regard avec leur propre actualité. On imagine quel enrichissement cette démarche offre au spectateur.

Il ne faut manquer sous aucun prétexte cette aventure théâtrale exigeante et généreuse, ne pas hésiter à rencontrer une équipe passionnante et essayer de voir l’ensemble de la trilogie.

Corinne Denailles

1998

- L'Enfant -

Avec Tania Torrens, Denis Léger-Milhau ou Pierre Baux

 

- Le Bachelier -

Avec Tania Torrens, Denis Léger-Milhau et Xavier de Guillebon

 

- L'Insurgé -

Avec Denis Léger-Milhau et un enfant

 

....................

 

Scénographie et costumes : Gérard Didier

Lumières : Franck Thévenon – Rabah Khima

Réalisation des costumes : Nicole Bize

Construction scénique :

Ateliers de la Maison de la Culture de Bourges sous la direction de Lucien MAILLET

 

 

Remerciements à Roger Bellet et à l’association « Les Amis de Jules Vallès »

 

 

Production

Théâtre Ecoute / Cie Jeanne Champagne

Compagnie Associée à Maison de la Culture de Bourges / Atelier Théâtral National

 

Avec le soutien

du Conseil Général du Cher et du Conseil Régional du Centre

 

Théâtre Ecoute / Cie Jeanne Champagne est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Francophonie, la Ville de Bourges et le Conseil Régional du Centre.

 

 

Création

L'Enfant - Printemps 1995 / Tournée en 1996

La Trilogie - Octobre / novembre 1998 à la Cartoucherie

 

....................

 

 

306 représentations

+ de 60 000 spectateurs

La compagnie Théâtre Écoute est conventionnée par la DRAC Ile-de-France.

Compagnie Théâtre Ecoute – Jeanne Champagne

Conception & réalisation : deidamiapele.com

Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand
Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand
Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand
Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand
Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand
Tania Torrens et Denis Léger-Milhau dans L'Enfant d'après Jules Vallès © Brigitte Enguerand